Historique

Au cœur du Savès, en Gascogne Toulousaine, la commune de MONBLANC, habitée dès le Paléolithique et surtout au Néolitique, possède plusieurs établissements agricoles Gallo Romains.

Au haut Moyen Age deux communautés prennent forme : l'une à Quimbat, près du cimetière où s'élevait l'église primitive (édifice roman démoli en 1955 ) et l’autre à La Hillère.

Au début du XIIème siècle, une branche des Comminges-Savès de SABONNERES fonde le village actuel et s'installe sur le promontoire où elle élève son château : cette butte de calcaire blanche donnera le nom au lieu "Mont blanc".

En ce début de XXIème siècle, MONBLANC accueille plus de 300 habitants. Historiquement voué à l'agriculture, au fil des années quelques entreprises artisanales sont nées.

En 1970, 8 logements HLM sont construits, en 1999, 6 autres sont implantés. De nombreuses constructions vont également amener une nouvelle population qui enrichit l'identité Monblanaise.

Le retour des prisonniers et déportés après la fin de la seconde Guerre Mondiale rendit à notre commune jeunesse et dynamisme.

Dès 1940 la nomination des jeunes instituteurs Mr et Mme PORTET permis la création d'une société de Football grâce à leurs antécédents sportifs. Très vite les problèmes financiers se font jour et pour remédier à cette situation en 1952 il est créé une Maison des Jeunes et de la Culture. Un local aménagé permet les rencontres, pour jouer aux cartes…

En 1959, le cinéma arrive à MONBLANC grâce aux séances proposées par la MJC.

En 1961, la MJC décide l'achat d'un poste de télévision. Cette activité rassemblera beaucoup de Monblanais.
Cette même année l'association décide l'achat d'un terrain sur lequel elle implantera le barraquement bois appartenant à EDF, récupéré bénévolement sur le barrage de MATEMALE (Pyrénées Orientales). Cette épopée forgera et rassemblera un groupe de copains qui commencera la Grande Histoire de la MJC de MONBLANC. Cette acquisition permettra l'organisation de lotos, bals, conférences, les salles télévision, billard, jeux de société, bar … permettent à la population de se réunir et de découvrir la vie associative.

En 1971 l'affaire Saint Laurent du Pont où 120 jeunes périssent dans un incendie provoque la fermeture de nos locaux.
Il faut attendre plusieurs années pour obtenir le 1000 Club actuel que les bénévoles de la MJC construiront ainsi que la salle des fêtes actuelle.

Depuis 1975 date de l'inauguration des nouveaux locaux, la MJC évolue au gré des ans en créant des activités récréatives et culturelles en direction de toutes les catégories de population.

La création du Journal "LA FLAMME"  permet à chacun d'être informé sur la vie associative du village. Les cours de Musique, danse, calligraphie … fleurissent au fil des ans.

En 1995 naît le célèbre Festival des Vieux Métiers où les inventeurs ont fait un passage pendant quelques années. La Fête de l'Écriture est venue ensuite enrichir cette manifestation qui déplaçait près de 2000 personnes chaque année, l'avant dernier week-end d'août.

En 2000, l'embauche d'un agent de développement a permis le développement des activités en direction des enfants et des jeunes.
Avec la mise en place d'un Accueil de Loisirs Associé à l'Ecole (ALAE) et d'un Accueil de Loisirs Sans Hébergement (ALSH) le mercredi, la MJC s'inscrit dans une nouvelle dynamique. Deux animatrices sont embauchées en 2006 et 2007. Un groupe de jeunes lance l'organisation de concerts rock avec l'appui du coordinateur de la MJC.

En septembre 2013, la MJC reprend la gestion des actions en faveur des jeunes sur l'ensemble du territoire, auparavant menée par le Foyer rural de Samatan. En 2014, elle se voit confier par la Communauté de Communes du Savès la gestion du Centre de Loisirs situé à Samatan.

Son rayonnement s'étend désormais sur l'ensemble du territoire du Savès et elle compte une équipe de 9 salariés. Les bénévoles restent très présents et actifs autour de la mise en place de clubs d'activités, de manifestations locales et des travaux d'entretien et rénovation.